• Amaroli

    L'idée même que la maladie puisse avoir un sens, être utile pour permettre au corps de se dépolluer, cette idée a été balayée, considérée comme une superstition ridicule. (...)

    Etonnante époque où l'on cherche à tuer la maladie, alors que celle-ci correspond à un effort du corps pour restaurer la santé ! (...)

    Toute maladie est utile, elle est une crise de nettoyage. (...) En muselant tous les efforts de dépollution du corps, on agit sans conscience et l'on croit guérir de maladies alors qu'en fait on s'est contenté de les enfouir dans les profondeurs de son corps. (...)

    Il s'agit aussi de comprendre que lorsque le corps esr intoxiqué, les reins ne parviennent plus à effectuer correctement leur travail de réabsorption de substances nécessaires à la vie. Ils laissent donc partir dans l'urine des vitamines, hormones et autres éléments biologiques dont le corps a besoin. Cette insuffisance de la fonction rénale peut entraîner des carences qui vont diminuer l'efficacité des organes d'élimination et ainsi aggraver l'état d'intoxication générale de l'organisme. Amaroli va permettre d'éviter ces pertes en éléments vitaux et stimuler les mécanismes d'auto-guérison cellulaire. (...)

    C'est très tôt, avant même de naître, que l'homme fait connaissance avec son urine. C'est encore à l'état foetal dans le ventre de sa mère et plus précisément dans sa «poche des eaux» que le petit d'homme émet des urines dont il s'abreuve pour y trouver des matériaux indispensables à sa formation. Et c'est ainsi qu'il aura connu le goût de l'urine avant celui du lait de sa mère et que cette urine nous apparaît déjà comme un principe de vie. (...)

    Contrairement à ce que pensent encore beaucoup de gens, l'urine n'est pas un déchet inutile mais du sang filtré, un «trop plein» qui coule hors du corps et contient de multiples substances biologiques à haut pouvoir thérapeutique (...). L'industrie pharmaceutique et cosmétique récupère nombre de ces substances pour les revendre, mais de plus en plus de thérapeutes enseignent à leurs patients la valeur de l'urine-médicament pour leur permettre de se soigner eux-mêmes d'une façon naturelle, gratuite et capable d'éviter les effets secondaires des médicaments chimiques actuels. (...)

    Regarder l'urine, c'est regarder le sang, tout simplement ; se crisper est affaire de moeurs. Pourquoi faire la grimace à des sels minéraux, acide urique, urée, créatinine, hormones, vitamines, enzymes, dont la nature se retrouve dans le flot sanguin. Prise directement dans le flot royal du sang, l'urine devient donc un «sang blanc» ; sorte de sérum de Quinton (sérum préparé avec de l'eau de mer), plus large dans l'éventail de ses capacités à résoudre nos problèmes de santé. Ce sérum réputé, est l'alter ego de notre sang ; transporteur d'éléments nourriciers, il ré-active la fabrication des globules rouges. (...)

    Absorber son urine veut dire psychiquement : «Je m'accepte moi-même toujours plus.» Comme de très nombreux troubles sont le résultat d'un rejet psychique de soi-même, amaroli va opérer des changements profonds dans la relation avec toutes les parties de notre être. (...)

    «L'urine est un médicament parfait pour celui qui est malade, car elle est fabriquée dans l'instant, en fonction des besoins de l'organisme et sa composition peut changer de seconde en seconde, ce qu'aucun médicament ne pourra jamais réaliser. Sur le plan énergétique, l'urine est un hologramme de tous les liquides du corps. Elle contient toutes les informations nécessaires pour permettre à l'organisme de se guérir. Elle donne à chaque individu le moyen de prendre la responsabilité de sa propre santé.» (...)

     L'urine n'est jamais toxique même si elle peut contenir de petites quantités de substances toxiques, surtout en cas de maladie. Ces substances, lorsqu'elles sont ingérées, stimulent le système immunitaire. Une sorte d'auto-vaccination naturelle se produit, avec une production d'anticorps accrue. (...)

    Cette thérapie, connue depuis plus de quatre mille ans, nous rappelle que chacun d'entre nous a bu de l'urine lorsqu'il était dans le ventre de sa mère puisque le liquide amniotique est constitué essentiellement d'urine. L'urine n'est pas à proprement parler un médicament mais plutôt une information, qui signale les déséquilibres de l'organisme. Quand l'information contenue dans l'urine passe dans la bouche et la gorge, elle y active des récepteurs sensoriels qui à leur tour, stimulent le système immunitaire pour corriger les déséquilibres signalés. Dans plusieurs expériences, nous avons constaté que l'urine introduite directement dans l'estomac, par une sonde gastrique, n'avait pas les mêmes effets que l'urine bue. Le fait que des cancers peuvent se développer dans la vessie et les reins prouve que la présence d'urine n'a pas d'effet direct sur les cellules cancéreuses. Mais la même urine bue, passant dans la gorge, entraîne l'arrêt de la croissance des cellules cancéreuses et la guérison de la tumeur. Nous avons pu observer que, même si l'urine n'est pas avalée mais seulement utilisée en gargarismes, les mêmes effets bénéfiques étaient obtenus. L'interféron, qui est l'une des nombreuses substances bioactives présentes dans l'urine, peut, même en quantité très faible, donner au cerveau l'information nécessaire pour mettre en branle les mécanismes de guérison. (...)

     La pratique d'amaroli, en nous permettant de briser un tabou, en nous délivrant de croyances sociales fondées sur le dégoût de soi («Touche pas ton pipi, c'est sale !») modifie notre façon de voir le monde. Au lieu d'être les victimes des dogmes de nos parents, nous devenons des magiciens, des alchimistes qui transforment le plomb (l'urine que les gens considèrent comme un déchet inutile) en or, c'est à dire en conscience d'amour pour soi-même. «La pierre qu'ont jeté les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire», nous dit la Bible. L'urine, cette abomination dégoûtante pour tant de gens, devient l'un des fondements de notre santé, en nous reliant à la sagesse de notre médecin intérieur. En devenant de nouveaux alchimistes nous entrons de plein pied dans le monde fascinant des transmutations biologiques.

    Passages du livre "Testez l'urinothérapie - Amaroli" de Dr Schaller et Me Razanamahay

    Voir aussi : Le pouvoir de régénération en chacun de nous

    « La cigale et la fourmi - version remaniéeElectroculture pyramide - utiliser une pyramide pour les plantes »