• Aux portes de la décadence

    Henry John Stock (British, 1853-1930) "Influences"

    Elliot Daingerfield  "Le Génie du Canyon"

    Impression de décadence dans la splendeur à outrance, tout est tellement érigé ! (en étant sous la coupe du féminin menant à la perte, or c'est dans la perte que tout se gagne - il faut d'abord chuter, tomber au plus profond, pour trouver la hauteur, pour s'élever, ainsi dépouillé de ce qui plombait)

    Odalisque, Theodore Jacques Ralli

    Cette peinture me donne la même impression que celle juste au-dessus, en fait je pourrais prendre les mêmes termes : "Impression de décadence dans la splendeur à outrance, tout est tellement érigé ! (en étant sous la coupe du féminin menant à la perte)" puis je pourrais mettre un homme nu - à la place de cette ville opulente visible dans le tableau précédent - devant cette femme lascive, il serait au bord de sa décadence, de sa perte après son érection (la splendeur de son érection, comme la splendeur de constructions ainsi érigées).

    « Le vinaigre de cidre et ses multiples usagesMaraîchage bio sous les arbres - Denis Flores (Hérault) »