• Comment les modes parlent d'une époque

    Suite à Comment notre tenue vestimentaire parle de nous, si je creuse encore un peu plus le sujet en dérivant par exemple sur la tenue vestimentaire au gré des siècles passés, je constate que les formes simples et sobres (dans le choix des matières, des couleurs, des agencements) correspondent toujours à l'élément masculin, et le flou, la fantaisie, le volume important, sont à l'élément féminin. Ceci permet de donner une tendance, de s'apercevoir du fameux "air du temps" qui a traversé les siècles, ce chef d'orchestre dirigeant ses musiciens à un moment donné. L'Esprit du temps.

    Ainsi, plus il y aura de fantaisies, plus le féminin sera apparent. Plus la sobriété l'emportera, plus le masculin sera mis en avant. Je parle toujours de l'élément masculin et féminin, et non de l'homme et de la femme.

    Comment les modes parlent d'une époque

    Speculum Virginum, Allemagne, fin du XIIe siècle.

    L'époque qui m'interpelle le plus est celle dite du Moyen Age Roman, à savoir du Ve au XIIe siècle. Pourquoi ? parce que c'est celle qui me correspond le plus, et qui - détail amusant et non négligeable - fait écho aux dires de René Guénon et Julius Evola au sujet de la Tradition, puisque Tradition encore présente.

    Comment les modes parlent d'une époque

    Aldersbach Abbey, Allemagne, vers 1200

    Comment les modes parlent d'une époque

    Comment les modes parlent d'une époque

    Bible de Manérius, France, 1185

    Comment les modes parlent d'une époque

    La chainse (longue chemise de corps), le bliaud (longue robe) avec des variations au niveau des manches, de la longueur et de la décoration, et le surcot (en guise de manteau) étaient - pour faire court et en rassemblant mes lointains souvenirs d'histoire du costume -, les éléments du costume d'alors. Peu de fioritures, des lignes sobres dans l'ensemble - et ce même s'il y a eu des périodes très fantaisistes suite aux croisades et aux apports de nouvelles formes et matières -, une ligne directrice.

    Comment les modes parlent d'une époque

    "L'Adoubement"  Edmund Blair Leighton (de Richard Cœur de Lion par Aliénor d'Aquitaine)

    Que puis-je en dire d'autre ? que ce Moyen Age Roman (donc du Ve au XIIe siècle) était une époque que je qualifierais plutôt de masculine - amour courtois : mise en avant des femmes pour élévation masculine - , alors que le Moyen Age Gothique (du XIIe au XVe siècle) était une époque plutôt féminine. Que la Renaissance était toujours une époque féminine, idem pour les siècles suivant (sur le fond) jusqu'au XXe siècle qui bascule à nouveau dans le masculin, me semble-t-il. Ce qu'il est intéressant de noter, c'est que ce basculement dans une époque masculine correspond à la fois à la "libération féminine" dans la mode avec Paul Poiret qui fait disparaître les corsets des femmes, aux deux guerres mondiales **, et à mai 68, cette période ayant soit-disant libéré les femmes .

    Lorsqu'une époque fredonne son air du temps au masculin, le féminin - et dans la foulée les femmes - est mis à l'honneur, en avant, tel un étendard au service du masculin.

    Et lorsqu'une époque fredonne son air du temps au féminin, le masculin - et dans la foulée les hommes - est mis à l'honneur, en avant, tel un étendard au service du féminin.

    Dit autrement :

    L'Esprit du temps masculin place par exemple plutôt une société de type matriarcale ou approchante par maints aspects (droits des femmes dirions-nous aujourd'hui), et donc féminine, le féminin au devant de la scène, pour élever le masculin (le masculin érigé par le féminin ancré).

    L'Esprit du temps féminin place par exemple plutôt une société de type patriarcale ou approchante par maints aspects, et donc masculine, le masculin au devant de la scène, pour ancrer le féminin (le féminin cloué par le masculin érigé).

    (voir De l'élément masculin et l'élément féminin)

    Ainsi en va-t-il de l'équilibre des forces.

     

    ** Comme quoi, un changement, c'est toujours violent (le précédent serait sans doute ce qui est nommé "la première guerre de 100 ans" de 1159 à 1259, un conflit entre français opposant les Capétiens et les Plantagenêts (?), et surtout, les croisades : la première de 1096 à 1099, la deuxième de 1147 à 1149, la troisième 1189 à 1192.

    Note : mon approche est ici différente avec ce que je disais dans Quand le corps éthérique du monde s'inverse, car je pensais alors que nous étions toujours sous esprit féminin - esprit du monde -, or je pense que nous avons déjà basculé sous l'esprit masculin, ce qui rejoint ce que je notais dans mon livre "La voie d'Alfrodull", mais présenté autrement, en l'exprimant au travers de l'alchimie, en fait c'est complexe à définir puisque nous sommes à une période charnière.

    Autre note en guise de rappel : pour un corps physique féminin le corps éthérique est masculin, et pour un corps masculin le corps éthérique est féminin. Et comme ce qui est en haut est comme ce qui est en bas... (en alchimie, ce qui gouverne les étoiles agit de même avec nous, macrocosme et microcosme)

    « Le filage au fuseauIncarnation »