• Conférence France Guillain (pratique du bain dérivatif)

    Le Bain Dérivatif, qu'est-ce que c'est?

    Une compétence archaïque qui, en utilisant la fraîcheur et la marche, assure le déplacement, les fonctions et l'expulsion des graisses.
    Le Bain Dérivatif n'est pas une médecine, ni douce ni exotique. C'est une compétence archaïque exactement comme l'allaitement. Il sert à remplacer les effets de la marche nu dans un pays chaud, ce qui était la condition première de l'être humain. Les animaux le pratiquent couramment sans se poser de question sur les saisons, sans s'interroger sur le fait qu'ils soient yin ou yang. L'ours polaire est couvert d'une épaisse toison et il a le sexe et le périnée au frais. Les écossais vivent nus sous leur kilt. Ils n'ont donc pas besoin de Bain Dérivatif. Tous les discours qui tendent à discréditer le Bain Dérivatif ne peuvent être que le fait de personnes qui ne les pratiquent pas, ou de personnes qui sont embarrassées par une technique qui ne coûte absolument rien et se trouve être très efficace pour notre bien-être. Il est par conséquent aussi stupide de dénigrer le Bain Dérivatif que de dénigrer l'allaitement maternel.

    (source : http://www.bainsderivatifs.fr/htm/bd.htm, voir également : http://fr.ekopedia.org/Bain_d%C3%A9rivatif)

    Miam ô fruits : 1/2 banane écrasée en purée, 2 c à s d'huile bio vierge 1ère pression à froid (colza ou lin) à mélanger avec la banane écrasée, 2 c à s pleines mais rases d'oléagineux (moitié sésame, moitié lin) et 1 c à s pleine mais rase de graines au choix (courge, tournesol, noix, amande, noisette, cajou, arachide, etc), jus d'1/2 citron,  et enfin des fruits frais de saison : 3 sortes différentes que vous êtes libres de choisir (sauf orange pamplemousse, pastèque, melon), pas de fruits secs. On peut ajouter du miel. (source : http://www.bainsderivatifs.fr/miamofruit_france_guillain.pdf)

     

    « Une solidarité non choisie est... un impôtEnquête sur la loi du 3 janvier 1973 de Pierre-Yves Rougeyron »