• Jung et l'insuffisance de la causalité

    "Les chinois, férus de numérologie, ont rédigé il y a 2500 ans un texte, le Yi King (ou Ji Jing), « le livre des changements » qui permet en jetant des pièces ou des baguettes d'Aquilée d'interpréter différents hexagrammes, et ainsi prendre du recul face à une situation donnée et obtenir une indication à une question posée.
    Face à une perception linéaire, causale, rationnelle du temps et de l'espace qui prévaut en Occident où le vide est synonyme de « néant » ; les chinois, eux, ont acquis une vision en cercle, acausale du temps et de l'espace. Le vide est pour eux synonyme de « potentialité » et ce qui les intéresse particulièrement c'est d'identifier « les évènements qui aiment à arriver ensemble ».
    Ces deux visions du monde sont-elles conciliables ? Quel crédit conférer à ce qui relève du hasard ? Telles sont les questions que Michel Cazenave va poser à ses trois intervenants : Nathalie Carol Pilard (auteur du livre « Sur Jung et le Yi King » Ed Arché, Milan, 2010) , Marie-Laure Colonna (analyste jungienne) et Pierre Faure (praticien).
    Comprendre la réalité du monde dans sa diversité, ses changements passe-t-il nécessairement par une herse de dogme ou de théories indubitables derrière laquelle il est commode de se réfugier ?"

    « Philip K. Dick l'écrivain visionnaire Quinton et eau de mer, reminéralisation et nutrition »