• L'art et la manière de faire pleurer dans les chaumières

    Un article me fait hurler depuis hier - voir : Expulsion locative musclée au Petit Bard (Montpellier) -, ce type d'article cherchant délibérément à faire vibrer dans un sens bien précis la fibre sentimentale du lecteur, à faire pleurer dans les chaumières. Ah oui, cela fonctionne à merveille ! j'en pleure, c'est certain, mais pas du tout dans le sens escompté par l'auteur de cet article. J'en pleure de rage devant une telle perte de valeurs et d'autonomie des gens face à une situation de ce genre. 

    Je ne sais pas moi, imaginons, vos parents ne sont plus très jeunes, votre père (ou votre grand-père) a 70 ans et votre mère (ou votre grand-mère) a 65 ans. Ils vivent tous les deux depuis une trentaine d'années dans le même appartement, ils sont locataires. Et puis, comme se sont vos parents, vous êtes en contact avec eux bien sûr, vous avez régulièrement de leurs nouvelles, vous savez comment ils se portent. Et là, vous apprenez qu'ils ont des soucis, des problèmes d'argent et qu'ils ne vont pas pouvoir payer leur loyer, et ce pendant un temps certain. Vous faites quoi ? Votre père (ou votre grand-père) est sous tutelle, vous allez voir le tuteur et faites ce qu'il faut pour que les vôtres ne se retrouvent pas en mauvaise posture ? Vous prenez les choses en main et décidez de rapatrier les vôtres sous votre toit ? ce sera difficile, certes, vous avez peu de place mais se sont vos parents, vous vous débrouillerez bien. Ou, vous décidez de payer le loyer des vôtres en attendant que la situation aille mieux à leur niveau ? (voir avec le tuteur les problèmes en question, encore une fois) Ou, vous attendez... le déluge ? (ici l'expulsion)

    Car bon sang, à la base, toute personne se trouvant dans l'impossibilité de payer son loyer s'en va vivre ailleurs et puis c'est tout. Elle n'a en aucun cas à demander au propriétaire de jouer à l'assistante sociale et ce pendant des mois !

    Autre question, viendrait-il à l'idée de qui que ce soit de mettre en valeur des jeunes qui viennent à la rescousse de ces deux personnes âgées lors de l'expulsion alors que ces mêmes jeunes sont justement de la famille de ces personnes âgées et qu'elles n'ont visiblement rien fait avant et ce depuis des mois que la situation des impayés existe ? Car si j'ai bien compris, il y avait là la fille et la petite fille des personnes en question ! Qu'attendaient-elles au juste pour les prendre chez elles, avec elles, en famille, au lieu de faire un esclandre et de crier à l'injustice ???


    Un an, cela faisait un an que ces gens ne payaient plus leur loyer... Ahurissant.

    « Touchez pas au grisbiLe photovoltaïque, c'est pas si fantastique »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Novembre 2013 à 11:14

    Carrément la honte ! Il est où, l'article ? Pour être certaine de tout bien comprendre.

    Je ne veux pas trop m'engager sur ces sujets là, parce que tu vois, perso, si mes parents étaient dans la m... je ne suis pas certaine que j'aurais envie de lever le petit doigt. A ma décharge, de gros antécédents, mais quand même, je ne sais absolument pas ce que je ferais si cela arrivait. Et je crois les doigt pour que rien de tel ne survienne. En tout cas, si ça passait dans le journal, je n'y serais pour rien.

     

    2
    Vendredi 1er Novembre 2013 à 13:19

    L'article dont je parle est en lien dans la première ligne du mien, Bicar, faut ouvrir les yeux ! (rires)

    Plus sérieusement, je sais bien que tout le monde n'a pas forcément des relations idylliques avec ses parents - ce n'est pas ce que je cherche à mettre en avant -, avec sa famille, mais dans ces cas là, on ne court pas crier au scandale devant tous lorsque ces derniers se font expulser de leur logement ! tu vois ce que je veux dire ? Il faut être logique. Ou l'on se souci de ses proches un minimum, ou on les tient à distance tellement ceux-ci nous ont été nocif par le passé. Mais pousser des haut le cris alors qu'au final on s'en fiche complètement, moi ça me fait hurler, c'est à mes yeux de l'hypocrisie pure. Et que des médias osent faire pleurer dans les chaumières avec de tels agissements, chez moi ça passe mal, pour ne pas dire que ça ne passe pas du tout.

    3
    Vendredi 1er Novembre 2013 à 13:35

    Sans parler de l'aspect "propriétaire = riche rentier" - donc au service des pôôôvres sans le sou qui confondent le propriétaire avec l'assistante sociale du coin - qui me fatigue tellement c'est d'une bêtise crasse. Car nombre de propriétaires se sont privés pour arriver à s'acheter leur logement, logement qui souvent sert de retraite, ou de retraite complémentaire, quand ce n'est pas l'unique revenu de "l'immonde capitaliste" en question, et ceux là ne recevront aucune aide d'aucune sorte, personne n'ira pleurer sur leur sort, qu'ils crèvent nom de dieu ! puisqu'ils sont d'affreux, vilains, pas beaux...

    Je caricature, mais si peu. (désolée, pour l'éruption volcanique du jour ^^)

    4
    Vendredi 1er Novembre 2013 à 13:52

    1/ Aïe.

    Des fois, tu sais, je me collerais des baffes !

    2/ J'ai lu, bien plus parce que tu signalais ce lien mais très vite parce que en réalité, c'est le genre d'article qui m'énerve très vite, très, très vite. Mais là, j'ai lu à peu près jusqu'au bout (j'ai pas pu faire mieux que à peu près).

    3/ Bon biiiinnnn... on constate que finalement, la police n'est pas plus à droite qu'à gauche, n'est-il pas ? Ils finissent toujours par se faire agresser, mordre, etc ...

    4/ Ce qui m'interroge, c'est : ce billet est-il vraiment le point de vue de son auteur ? ( ne t'énerve pas, hin ! je pose la question).

    Ca ressemble étrangement à l'affaire Léonarda, non ?

    Je crois que le plus pénible, c'est ces associations à la con qui veulent toujours le bonheur de tout le monde (surtout des parasites) et mettent plus de pagaille qu'autre chose. Je renvoie encore à l'histoire Léonarda.

    Sûr que les proprios, ça a du leur plaire beaucoup de ne pas voir de loyer pendant tout ce temps. Personne ne se demande comment ils vivaient pendant ce temps ... évidemment, puisqu'ils sont propriétaire, ils n'ont besoin de rien. C'est n'importe quoi.

    5/ En effet : non ! Non, je n'irais certainement protester de quoi que ce soit si je me trouvais dans une telle situation. Je me planquerais plutôt ...

    J'aurais honte.

    De toutes façons, cet article, je le trouve mal écrit. Il est trop long, compliqué, trop de paragraphe, pas assez synthétique. On dirait qu'il essaie de noyer le poisson.

    6/ J'ai pas rgardé la video, c'est pas grave, hin ?

     

    5
    Vendredi 1er Novembre 2013 à 14:13

    Warf ! je n'ai pas non plus regardé la vidéo tellement j'étais occupée à fulminer dans mon coin.

    La police fait ce que les chefs demandent, en effet, peu importe le bord des chefs du moment. ^^

    Pour ce qui est du point de vue de l'auteur de ce billet, le fait de conclure par - la fameuse vidéo que ni l'une ni l'autre n'avons regardé - "le revenu de base : un nouveau droit humain", cela en dit long sur l'assistanat attendu et revendiqué, et donc, à mes yeux, l'inverse d'une prise en charge de soi-même...

    Oui, je te rejoins complètement au sujet des associations qui font plus de mal que de bien, et ce toujours et encore au nom de l'humanisme. Tiens, à propos d'humanisme, de charité réelle devrais-je plutôt dire, il y a ce passage qui pour moi est bien plus parlant que toutes ces associations qui dissocient plus qu'elles n'associent le genre humain : "A toute misère ouvre ton coeur, et ne prends personne à ta charge. » La véritable charité ne dérobe pas à autrui sa liberté, elle ne le dispense nullement d'exercer sa responsabilité et d'assumer son destin." (passage de La véritable charité ne dérobe pas à autrui sa liberté)

    Cette société et ces associations sont à des années lumières d'une telle qualité de vie, de compréhension, de charité véritable.

    6
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 12:37

    Bicar a écrit : "De toutes façons, cet article, je le trouve mal écrit. Il est trop long, compliqué, trop de paragraphe, pas assez synthétique. On dirait qu'il essaie de noyer le poisson."

    Oh que oui, "Une paire de skis dans les bras, André Alain va jusqu’à sa voiture, libre mais désormais sans toit. "

    Une pépite... Digne d' un reportage TF1.

    Moi j' ai bien rigolé en tout cas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :