• Léda et le cygne

    Léda et le cygne, les aventures de Léda et de Zeus, oui mais vu sous un certain angle, les volatiles en alchimie par exemple, et notre cygne prend soudain une dimension particulière. 

    "Les Philosophes ont pris assez ordinairement les oiseaux pour symbole des parties volatiles de la matière du grand œuvre, et ont donné divers noms d'oiseaux à leur mercure : tantôt c'est un aigle, tantôt un oison, un corbeau, un cygne, un paon, un phénix, un pélican; et tous ces noms conviennent à la matière de l'Art, suivant les différences de couleur ou d'état qu'elle éprouve dans le cours des opérations".

    Note : Au sujet du corbeau : "Dans la symbolique alchimique, cet oiseau représente la materia prima noircie qui conduit à la pierre philosophale, il est alors représenté avec une tête blanche (signe de la purification qu’on attend de la transformation alchimique.)" 

    Parcours : 

    Léda et le cygne

     Charles-Joseph NATOIRE (1700-1777)

    Dans la mythologie grecque, Léda est la fille d'Eurythémis et de Thestios, roi de Pleuron en Etolie qui fut mariée au roi de Sparte, Tyndare.

    Léda et le cygne

     Statuette en bronze signée Pradier

    Léda et le cygne

     Gustave Moreau  

    Léda et le cygne

     Hilary Anne Pollock  

    Léda et le cygne

     Rubens  

    Léda et le cygne

     École de Léonard de Vinci, Léda Spiridon (1505-1515)  

    Léda et le cygne

     Cesare da Sesto, vers 1505-1515  (tableau rappelé au bas de ce billet)

    Léda et le cygne

    Hendrick Jansz ter Brugghen, ou Terbrugghen (1588 - 1629)  

    Léda et le cygne 

    Léda et le cygne 

    Léda et le cygne

     Antonio Allegri Corregio

    Léda et le cygne 

    Léda et le cygne 

    Léda et le cygne

     Michel-Ange 

    Léda et le cygne

     Poliphilo describes the triumphal processions 

    Léda et le cygne

     Antonio Abondio 1550  

    Léda et le cygne

     Auguste Clesinger 1864  

    Léda et le cygne

     Bartolomeo Ammanati 

    Léda et le cygne

     Gustave Moreau  

    Léda et le cygne

     Gericault  

    La légende a deux versions :

    Lorsque Zeus s'éprit de Némésis, déesse qui personnifie la loi morale, celle-ci s'enfuit et, pour lui échapper, se jeta dans l'eau où elle se transforma en poisson; il la poursuivit sous la forme d'un rongeur. Elle sauta alors sur le rivage et se transforma en un animal sauvage puis en un autre mais elle ne parvenait pas à se débarrasser de Zeus car il devenait lui-même un animal toujours plus rapide qu'elle. A la fin, elle s'envola dans les airs sous la forme d'une oie sauvage. Il devint alors un cygne et l'étreignit à Rhamnante en Attique. Némésis, vint à Sparte où Léda, femme du roi Tyndare, trouva dans un marais un œuf rouge orangé, qu'elle rapporta chez elle et cacha dans un coffret et de cet œuf sortit Hélène.

    Léda et le cygne 

    Maximilian Pirner (1854-1924)

    Mais l'histoire que l'on raconte généralement est que Zeus, sous la forme d'un cygne, placé plus tard dans une constellation, s'unit à Léda en personne, auprès de l'Eurotas, qu'elle pondit un œuf d'où sortirent Hélène, Castor et Pollux et, que par la suite, elle fut divinisée sous le nom de la déesse Némésis. Or, le mari de Léda, Tyndare, s'était aussi uni à elle durant la même nuit et, si certains prétendent que les trois enfants étaient nés de Zeus ainsi que Clytemnestre qui était sortie avec Hélène d'un second œuf d'autres disent qu'Hélène seule était fille de Zeus et que Castor et Pollux étaient fils de Tyndare.

    Selon d'autres encore, Castor et Clytemnestre seraient les fils de Tyndare tandis qu'Hélène et Pollux seraient les enfants de Zeus.

     Sources : Léda sur Wikipédia et Mythologie classique : Léda 

    Oui mais, d'où vient cette fantaisie de voir en cette représentation de Léda et le cygne un lien avec l'alchimie ?  

    Léda et le cygne

     Le code caché de Botticelli  (lien à voir !! et le livre ici)

    " Pendant cinq siècles nul n'a pu voir le Cygne caché dans la robe de la déesse Minerve/Pallace/Athéna...et pourtant une fois que l'on l'a vu, on ne voit plus que lui.
    Tout comme l'arbre de vie de la Kabbale/Jésus-Christ qui sort sous nos yeux d'un croissant de Lune symbole de maternité divine. Ce Cygne fait référence au mythe de Léda et le Cygne; il symbolise une fécondation divine. Léonard de Vinci en a fait un croquis qui fut repris et peint par Cesare Cesto." (peinture visible plus haut)

    Léda et le cygne

     Sandro Botticelli, Minerve et le Centaure

    Or personnellement, cette représentation du cygne me faisait penser au pélican alchimique, et de là, quelques recherches : 

    Léda et le cygne

     "(...) l’image du pélican n’est pas celle que l’on attend ; Rares en effet sont les images du vrai pélican dans les églises ou sur les habits sacerdotaux et pourtant s’il y a un oiseau qui ne peut être confondu avec aucun autre, c’est bien le pélican ! Comment expliquer cette incohérence ?

    En considérant la représentation par l’image de ce symbole, deux interprétations sont possibles :
    Ou bien l’appellation « pélican » a été destinée à masquer, à maquiller, le cygne dont le symbolisme païen était beaucoup trop « voyant ».
    Ou bien l’image du pélican a été jugée trop peu « photogénique » et les imagiers l’ont embellie en lui donnant l’aspect d’un cygne ou d’une oie.
    Cette dernière hypothèse n’est envisageable que dans l’interprétation du symbole selon l’église romaine. La première hypothèse, par contre, serait tout aussi valable pour les cathares que pour les catholiques.
    Pour les deux communautés en effet, mieux valait raconter l’histoire d’une espèce d’oiseau fabuleux qu’on nommerait pélican plutôt que de raconter l’histoire du cygne au symbolisme païen beaucoup trop affirmé.
    Si l’on examine la nature et la posture de l’oiseau qui trône dans les églises, le plus souvent il ne s’agit aucunement d’un pélican à « l’allure de cygne » mais d’un véritable cygne. Or le cygne est bien l’oiseau qui, bien avant l’ère chrétienne, tire le char du soleil vers l’Hyperborée, tout à fait conforme avec les dires de Bernard Franque au sujet du pélican! Ce ne peut pas être une coïncidence ! Par ailleurs, l'oiseau est souvent présenté déployant ses ailes et paraît ainsi protéger ses petits ; ses petits sont donc en danger ? Et les oisillons sont au nombre de trois, pourquoi trois ?
    Quand on voit l’oiseau qui semble s’arracher le cœur de son bec et que quelques gouttes de sang perlent sur son plumage, le symbole est incontestablement catholique. Le pélican qui régurgite sa pêche pour nourrir ses petits symbolise bien le Christ Eucharistique.
    Mais ce n’est pas toujours le cas. Faut-il alors voir autre chose ? Y aurait-il plusieurs niveaux de lecture? Rappelons que les images, fresques et autres tableaux figurant dans les églises étaient destinés à la compréhension de ceux qui n’avaient pas accès à la lecture des textes sacrés ! Les quelques photos de « pélicans sacrés » proposées ici peuvent le donner à penser !"

    Source : Le pélican un drôle d'oiseau 

     "De nombreux travaux ont déjà été réalisés sur les représentations et le symbolisme de certains animaux dans les textes et l'iconographie des ouvrages d'alchimie. Parmi eux, ceux consacrés aux oiseaux y tiennent une bonne place. Etudes sur la signification du corbeau, du cygne et du paon, de l'aigle ou de la colombe ; ou bien encore sur ces deux volucres lourds de significations hermétiques, le pélican et le phénix. Mais rien encore cependant, sur la cigogne, cet oiseau rare de la littérature alchimique."

    Et ici : Fixer le volatile - Regard sur la cigogne dans le discours alchimique du XVIIe siècle

    Bref, tout cela pour dire que : le mercure (l'élément volatil, le féminin, ici Léda) et le soufre (l'élément huileux, le masculin, ici Zeus), après décomposition/distillation ("jeu/combat", les métamorphoses) finissent par s'unir (oie, cygne). C'est la fixation (sel) du volatil (de l'essence féminine) après la ruse de Zeus (élément masculin) - le remède est dans le poison, il "devient" volatile. Représentation du mariage alchimique.

    L'oeuvre au blanc, oiseau blanc. 

    (attention : supputation toute personnelle !!) 

     
    « Moïse arrête tes conneriesApproche métaphysique »

    Tags Tags : , , , ,