• Les âmes des peuples

    - Pourquoi meurs-tu ?... Pourquoi l’homme abandonne-t-il son corps en fin de vie, sinon parce que, après s’en être servi pendant une durée plus ou moins longue, il a fini par en épuiser un jour toutes les ressources et qu’il prend alors la décision – consciente ou non d’ailleurs – d’abandonner ce qui sinon ne servirait plus qu’à l’entraver dans son évolution. Voilà ce qu’est la mort, Phram, et il en est de même pour les âmes des peuples. Quand un dieu se retire d’un peuple, c’est qu’il a fini par épuiser tout ce que celui-ci pouvait offrir à son action dans l’ordre du monde. Aussi s’en retire t-il progressivement. Il en va des nations comme des corps, vois-tu : elles n’ont d’autre utilité que d’aider à l’évolution de la Création. Que vienne à cesser cette raison d’être et elles meurent.

    Tant de peuples ont d’ores et déjà disparus, et tant d’autres sont encore à naître ! Tôt ou tard, il vient un jour où l’évolution des âmes ne justifie plus leur réincarnation dans tel ou tel peuple – soit qu’elles en aient épuisé les ressources, soit que la nature de ces derniers ne soit plus adaptée aux nécessités de l’époque. De moins en moins d’âmes ressentent alors le besoin de s’incarner en ces races et celle-ci s’affaiblissent, s’étiolent et dégénèrent. La fécondité de leurs femmes s’épuise et vient enfin le jour où toute la gloire d’une nation, si grande fut-elle, finit par s’éteindre sur le bûcher funéraire du dernier de ses fils... Pourquoi se rebeller, Phram? Une infinie sagesse préside au contraire à ces lois. 

    Passage de "ING, Les 7 Seuils d'Atlantis" de Jean-Yves Guillaume
    « HermaphroditeSagesse païenne et Christianisme originel »