• Les mystères de la femme

    Hortus Deliciarum

    Ce conflit extérieur entre les hommes et les femmes n'est cependant qu'une image du conflit subjectif, plus significatif encore qui existe au fond de chaque individu bien que, peut-être, il n'en ait pas conscience. Car aucun individu n'est entièrement mâle ou entièrement femelle. Chacun d'eux est fait d'un composé de deux éléments qui sont bien souvent en conflit constant dans la psyché. Tant que cet aspect personnel n'aura pas été résolu, l'individu, homme ou femme, ne sera pas capable de trouver une solution aux difficultés extérieures qu'il a avec son entourage car il projettera inévitablement la partie la moins disciplinée de sa propre psyché sur son partenaire. (...)

    Si l'homme désire être complet, il doit faire résolument face à ses manques. Il ne résoudra son conflit intérieur que lorsqu'il se sera mis en accord avec les deux aspects de lui-même et se sera réconcilié avec ces forces dominantes de sa psyché, les principes masculin et féminin qui font partie de la nature même de chaque individu.

    Dans le symbolisme que nous étudions et qui semble à peu près universel, le principe féminin ou Eros* est représenté par la lune, le principe masculin ou Logos* par le soleil, comme le précise la genèse dans le mythe de la création : Dieu a créé deux lumières, la plus forte pour régner sur le jour, la plus faible pour régner sur la nuit. Le soleil, principe masculin, règne sur le jour, la conscience, le travail et son accomplissement, le Logos. La lune, principe féminin, règne sur la nuit, sur l'inconscient. Elle est la déesse de l'amour, elle commande à ces forces mystérieuses qui dépassent l'humain, qui poussent irrésistiblement certaines créatures humaines l'une vers l'autre ou les éloigne de manière inexplicable. Elle est l'Eros, puissante, fatale et incompréhensible.

     

    * ici, le terme Eros est employé dans son sens philosophique où il représente le principe des relations psychiques. Jung lui a donné ce sens dans un grand nombre de ses ouvrages. Il associe ce principe d'Eros au principe féminin, l'opposant au principe du Logos typiquement masculin. Aussi ce terme Eros ne fait-il pas allusion au petit dieu grec du même nom. Le petit dieu ailé est à l'instar de ses flèches une pensée, une impulsion d'amour qui nous frappe à distance et nous pénètre. Le principe d'Eros n'y est évidemment pas étranger, car celui qui est touché par un trait de ce genre cherche à établir un contact plus étroit avec la source humaine d'où elle provient. C'est ainsi que tout le domaine érotique est étroitement lié à l'Eros, mais il ne lui est pas identique. L'Erotisme est l'un des domaines où l'Eros se manifeste, il n'est pas le seul.

     

    Passages du livre de Esther Harding "Les mystères de la femme" 

    « Utilité nourricière originelleGnosis, introduction à la gnose »

    Tags Tags : , , , ,