• Petit traité d'alchimie sur l'amour et le couple

    Hortus Deliciarum

    1/(introduction) Le mariage du soleil et de la lune, le mariage chimique de l'homme et la femme ne sont autres que celui de l'homme "intérieur" et de la femme "intérieure", symbolisé par le soufre et le mercure. L'union des deux puissances est précédée de leur polarisation parfaite et suivie de leur "enfant" commun ; le caractère fixe appartient au pôle viril et le caractère fluide et volatil au féminin ; union des deux extrêmes et naissance de "l'élixir".


    2/ (contre inquisition) Nous récusons la thèse moderne de la psychologie des profondeurs selon laquelle le mariage chimique, serait découpé en la force coagulante du soufre masculin qui correspondrait à la conscience personnelle plus ou moins rationnelle et centrée sur le "moi", tandis que la puissance dissolvante du mercure résumerait les impulsions venant de l'inconscient... c'est se tromper radicalement de proportion, car le mercure "parfait" ne comporte aucun élément trouble ou alogique comme les "sédiments" du subconscient, mais au contraire très pur, il est le miroir sans taches du soufre-soleil dont la chaleur et la luminosité suggèrent tout autre chose que la conscience égocentrique, le Soufre est en quelque sorte l'âme-sujet", qui n'a pas son siège dans le "mental" mais dans le cœur, tandis que le mercure correspond à "l'âme-objet", qui est le substratum de toutes les formes psychiques, c'est donc ce dernier qui est relié à "l'océan philosophal", qui n'est autre que la substance psychique universelle ou "infinie".

    3/(comment ca marche) En un certain sens le soufre-soleil est l'esprit, il va teindre le mercure, ce qui revient à lui imprimer sa forme qualitative ou essentielle ; tandis que le mercure est l'âme comme telle, la psyché passive et réceptive, mais comme les deux puissances se situent à priori sur le plan de l'âme ou celui du monde animique en général ; et que ce monde tout entier est soumis à la condition formelle, chacune des deux puissances le soufre et le mercure peut jouer le rôle d'un élément supérieur à l'autre, pour illustrer cela nous dirons que du point de vue viril, c'est la femme intérieure qui peut assumer le rôle de l'esprit, celui-ci se manifestant dans son aspect d'illimitation et d'indifférenciation "béatifique", tandis que du point de vue féminin, c'est "l'homme intérieur", le soufre avec sa forme déterminante et vivifiante qui sera l'Esprit.

    4/ Revenons à la thèse psychologique réfutée et disons qu'elle comporte un grain de vérité, dans la mesure ou l'Esprit supra-formel domine et pénètre l'âme, les forces naturelles de celle-ci qui s'étendent jusqu'aux confins de la conscience individuelle sont réintégrés dans l'unité personnelle d'où les répercussions "miraculeuses". Il en résulte que la conscience ordinaire en amour est comme située entre deux sphères inconscientes, une sphère supérieure qui est lumière pure et indivise, et une sphère inférieure qui n'est pas inconsciente mais "subconsciente" et plus ou moins obscure et chaotique, la sphère supérieure ÉCHAPPE TOTALEMENT A L' ANALYSE PSYCHOLOGIQUE, vouloir la saisir rationnellement c'est comme vouloir éclairer le soleil en se servant d'un miroir, quant à la sphère inférieure elle peut faire l'objet d'une analyse indirecte qui risque fort de n'être que la projection de notre propre ombre sur une paroi de brouillard.

    5/ La réalisation de l'unité spirituelle de l'homme se reflète sur le plan non pas irrationnel mais non-rationnel, car la nature dans son aspect involontaire et spontané est comme l'image inversé de l'esprit créateur, ainsi les deux puissances, masculine et féminine, qui sont profondément ancrées dans la nature instinctive de l'homme, ne reçoivent leur plein développement que sur le plan de l'âme ; et ce n est que dans l'esprit qu'elles parachèvent leur accomplissement, que la réception féminine atteint toute son ampleur et sa plus intégrale pureté, et qu'elle se trouve parfaitement unie à l'acte masculin victorieux, il n'y a AUCUNE sublimation réelle et irréversible en dehors de celle là, dans le mariage alchimique le mercure absorbe le soufre, et le soufre absorbe le mercure, les deux forces meurent en tant QU'ADVERSAIRES AMOUREUX, c'est alors que la lune changeante et miroitante de l'âme s'unit à L'IMMUABLE SOLEIL de l'esprit, de sorte qu'elle s'en trouve éteinte et illuminée en même temps.

    6/(Mort , résurrection , éternité) Au symbolisme du mariage alchimique se trouve étroitement lié à celui de la mort, le Roi et la Reine au moment des noces sont tués et ensevelis ensemble pour ressusciter et ensuite régénères (ce que les tartufes freudiens appellent petite mort), cette correspondance s'explique par le fait que l'union présuppose une EXTINCTION DE L'ÉTAT DE DIFFÉRENCIATION ANTÉRIEURE chacun abandonne une part de son autonomie, inversement la mort qui est d'abord séparation est suivie de l'union du corps à la terre et de l'union de l'âme avec son essence éternelle.

    « Alchimie de mon coeurMétaphysique du sexe »

    Tags Tags : , , , ,