• Les 500 millions de la Bégum 

    illustrationde Léon Benett pour Les 500 millions de la BégumC'est un roman d'anticipation et d'espionnage de Jules Verne paru en 1879 et illustré par Léon Benett (47 illustrations). 

    auteur de Les 500 millions de la Begum
    Portrait de Jules Verne par Félix Nadar.

    Jules Verne, s'il faut le présenter, est né le 8 février 1828 à Nantes et mort le 24 mars 1905 à Amiens, est un écrivain français dont l'œuvre est, pour la plus grande partie, constituée de romans d'aventures et de science-fiction (ou d'anticipation). En 1863 paraît chez l'éditeur Pierre-Jules Hetzel (1814-1886) son premier roman Cinq semaines en ballon, qui connaît un très grand succès y compris à l'étranger. Lié à l'éditeur par un contrat de vingt ans, Jules Verne travaillera en fait pendant quarante ans à ses Voyages extraordinaires, qui compteront 62 romans et 18 nouvelles et paraîtront pour une partie d'entre eux dans le Magasin d'éducation et de récréation destiné à la jeunesse. Richement documentés, les romans de Jules Verne se situent aussi bien dans le présent technologique de la deuxième moitié du XIXe siècle que dans un monde imaginaire.

    Léon Benett, né Hippolyte Léon Benet le 2 mars 1839 à Orange (Vaucluse) et mort le 7 décembre 1916 à Toulon, est un peintre et illustrateur français.illustrateur Leon Benett

    Hippolyte Léon Benet changea son nom en « Benett », sans doute pour différencier sa carrière dans l'administration de son travail de dessinateur.

     

    Mettant à profit son expérience d'employé gouvernemental (il était conservateur des Hypothèques), qui l'amena à visiter l'Algérie, la Cochinchine, la Martinique et la Nouvelle-Calédonie, Léon Benett excellait à représenter les pays exotiques. Les carnets de croquis ramenés de ses voyages alimentèrent son œuvre d'illustrateur. Léon Benett est surtout connu pour avoir illustré de nombreux romans de Jules Verne, chez l'éditeur Hetzel : entre 1873 et 1910, il illustre vingt-cinq des Voyages extraordinaires, ainsi que d'autres œuvres de Jules Verne. Il a aussi illustré Victor Hugo, Léon Tolstoï, Thomas Mayne Reid, André Laurie, Camille Flammarion, Élisée Reclus, James Fenimore Cooper, Erckmann-Chatrian.

    Résumé de : Les 500 millions de la Bégum

    Deux héritiers - un français et un allemand - d'une importante fortune s'opposent en construisant chacun une ville en fonction de ses goûts. Le français, le docteur François Sarrasin, construit en Amérique une ville idéale basée sur les plus récentes techniques d'urbanisme et d'hygiène : France-Ville. L'allemand, le professeur Schultze, lui, choisit de construire Stahlstadt — la cité de l'acier, une gigantesque usine à canon. Johann Schwartz, alias Marcel Bruckmann le meilleur ami du fils du docteur Sarrasin, part espionner la citée de l'acier en tant que simple ouvrier, puis ses talents le feront gravir l'échelle sociale de la ville jusqu'à devenir le confident du professeur Schultze.

    Extrait

    Ce jeu dura huit jours. Tout allait bien le matin, et le soir il s’élevait subitement une objection imprévue qui dérangeait tout. Ce n’était plus pour le bon docteur que chausse-trapes, hésitations, fluctuations. Mr. Sharp ne pouvait se décider à tirer l’hameçon, tant il craignait qu’au dernier moment le poisson ne se débattît et ne fît casser la corde. Mais tant de précaution était, en ce cas, superflu. Dès le premier jour, comme il l’avait dit, le docteur Sarrasin, qui voulait avant tout s’épargner les ennuis d’un procès, avait été prêt pour un arrangement. Lorsque enfin Mr. Sharp crut que le moment psychologique, selon l’expression célèbre, était arrivé, ou que, dans son langage moins noble, son client était « cuit à point », il démasqua tout à coup ses batteries et proposa une transaction immédiate. Un homme bienfaisant se présentait, le banquier Stilbing, qui offrait de partager le différend entre les parties, de leur compter à chacun deux cent cinquante millions et de ne prendre à titre de commission que l’excédent du demi-milliard, soit vingt-sept millions. Le docteur Sarrasin aurait volontiers embrassé Mr. Sharp, lorsqu’il vint lui soumettre cette offre, qui, en somme, lui paraissait encore superbe. Il était tout prêt à signer, il ne demandait qu’à signer, il aurait voté par-dessus le marché des statues d’or au banquier Stilbing, au solicitor Sharp, à toute la haute banque et à toute la chicane du Royaume-Uni. Les actes étaient rédigés, les témoins racolés, les machines à timbrer de Somerset House prêtes à fonctionner. Herr Schultze s’était rendu. Mis par ledit Sharp au pied du mur, il avait pu s’assurer en frémissant qu’avec un adversaire de moins bonne composition que le docteur Sarrasin, il en eût été certainement pour ses frais. Ce fut bientôt terminé. Contre leur mandat formel et leur acceptation d’un partage égal, les deux héritiers reçurent chacun un chèque à valoir de cent mille livres sterling, payable à vue, et des promesses de règlement définitif, aussitôt après l’accomplissement des formalités légales. Ainsi se conclut, pour la plus grande gloire de la supériorité anglo- saxonne, cette étonnante affaire. On assure que le soir même, en dînant à Cobden-Club avec son ami Stilbing, Mr. Sharp but un verre de champagne à la santé du docteur Sarrasin, un autre à la santé du professeur Schultze, et se laissa aller, en achevant la bouteille, à cette exclamation indiscrète :

     illustration de Leon Benett

    « Hurrah !… Rule Britannia !… Il n’y a encore que nous !… » La vérité est que le banquier Stilbing considérait son hôte comme un pauvre homme, qui avait lâché pour vingt-sept millions une affaire de cinquante, et, au fond, le professeur pensait de même, du moment, en effet, où lui, Herr Schultze, se sentait forcé d’accepter tout arrangement quelconque ! Et que n’aurait-on pu faire avec un homme comme le docteur Sarrasin, un Celte, léger, mobile, et, bien certainement, visionnaire ! Le professeur avait entendu parler du projet de son rival de fonder une ville française dans des conditions d’hygiène morale et physique propres à développer toutes les qualités de la race et à former de jeunes générations fortes et vaillantes. Cette entreprise lui paraissait absurde, et, à son sens, devait échouer, comme opposée à la loi de progrès qui décrétait l’effondrement de la race latine, son asservissement à la race saxonne, et, dans la suite, sa disparition totale de la surface du globe. Cependant, ces résultats pouvaient être tenus en échec si le programme du docteur avait un commencement de réalisation, à plus forte raison si l’on pouvait croire à son succès. Il appartenait donc à tout Saxon, dans l’intérêt de l’ordre général et pour obéir à une loi inéluctable, de mettre à néant, s’il le pouvait, une entreprise aussi folle. Et dans les circonstances qui se présentaient, il était clair que lui, Schultze, M. D. privat docent de chimie à l’Université d’Iéna, connu par ses nombreux travaux comparatifs sur les différentes races humaines — travaux où il était prouvé que la race germanique devait les absorber toutes —, il était clair enfin qu’il était particulièrement désigné par la grande force constamment créative et  destructive de la nature, pour anéantir ces pygmées qui se rebellaient contre elle. De toute éternité, il avait été arrêté que Thérèse Langévol épouserait Martin Schultze, et qu’un jour les deux nationalités, se trouvant en présence dans la personne du docteur français et du professeur allemand, celui-ci écraserait celui-là. Déjà il avait en main la moitié de la fortune du docteur. C’était l’instrument qu’il lui fallait.

    lien amazon ebook Les 500 millions de la Begum 





  • « Quoique très ami de l’ordre, je suis anarchiste. »

    « L’anarchie, c’est l’ordre moins le pouvoir. » Pierre-Joseph Proudhon 

     « L’anarchiste est celui qui a un tel besoin d’ordre qu’il n’en admet aucune parodie. » Antonin Artaud

    Anarchie

    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

    "L'anarchie fait confiance à l'ordre naturel des choses tant qu'il est à considérer que l'ordre c'est le sublime, et donc une forme d'élévation. (...)
    L'ordre naturel est la transcendance par la perception des formes, c'est bien comme ceci que les civilisations se sont structurées, il faut bien avoir une géométrie des formes et de l'harmonie, c'est ce qu'on nomme mesure ou rationalité par l'intellect humain. (...)
    Savoir se tenir c'est une question de savoir se positionner face à l'universel ou les formes, donc de prendre la mesure de soi, le processus de modélisation de soi se fait par esthétisme des formes, on adhère à ce qu'on aime, pas à des lois donc."


  • "Prendre, le soir, un verre (il faut qu'il n'y ait que très peu d'espace entre paroi du verre et celle de l'œuf), dans lequel vous placerez un œuf entier, intact, de préférence cru, et de préférence aussi à coquille blanche, sans le briser. Naturellement, la coquille doit être tout à fait propre.
    Prendre ensuite un citron (l'on peut éventuellement prendre un œuf cuit dur), que vous pressez. En verser le jus sur l’œuf, jusqu’à complètement le recouvrir. Laissez la réaction se faire toute la nuit, avant de récupérer le jus de citron imprégné de la coquille d'œuf (formant un liquide un peu pâteux), qu'il convient ensuite de boire, de préférence tel quel (si besoin, tamisé au tamis métallique), le matin à jeun.
    Soit dit en passant, l'œuf, dont la coquille s'est quelque peu amincie, peut ensuite normalement être utilisé pour la cuisine. (...)

    Pour un jeune enfant, ne donner que la moitié, le tiers ou le quart; mais même prise en quantité excessive, cette préparation ne présente aucun danger.
    Une cure de 21 jours s’avère être un formidable reminéralisant. Pourquoi ? D’abord parce que le citron, même s’il est acide au goût, apporte des éléments basiques dans l’organisme.
    Son jus acide va réagir avec la paroi calcaire de l’œuf et extraire des éléments alcalins, qui, eux aussi, participeront à désacidifier le milieu intérieur.
    L'on sait que le jus de citron, pris en cure, améliore les douleurs articulaires, car il réduit le taux d’acidité dans l’organisme. En l’utilisant avec ce procédé, l'on associe, encore en plus, l’effet drainant et l’effet reminéralisant. (...)

    Pourquoi n'obtient on pas de résultats aussi marquants en faisant macérer de la coquille d'œuf dans du jus de citron que si c'est l'œuf entier qui est placé dans la même situation ? D'assez maigres résultats découlent de la première technique alors que ceux de la seconde sont parfois spectaculaires!
    En réalité, la forme particulière de l’œuf génère un phénomène énergétique dynamisant qui accentue la qualité nutritionnelle et reminéralisante du jus de citron. D'où l'importance de bien utiliser l'œuf entier, avec sa coquille intacte.
    En effet, le physicien américain Cleve Backerster, spécialiste des machines à détecter le mensonge, s'est livré à des expériences sur des œufs, au cours desquelles l'un de ses appareils a détecté des secousses analogues à celles des battements du cœur d'un embryon de poulet, avec des œufs non fécondés, alors que, stérile, l'œuf ne renferme aucun système circulatoire détectable.
    Il semble donc bien que ces appareils ultra-sensibles aient détecté ce que, dans les milieux de la vie naturelle, l'on reconnaît comme une manifestation de la partie vivante, phénomène farouchement nié par maints scientifiques, lesquels persistent à confondre les vitamines artificielles avec les naturelles."

    Source