• Si un sujet me semble essentiel dans l'apprentissage de l'autonomie, c'est bien celui de la santé. Au cours de ces derniers mois - quasi une année entière - j'ai passé une grande partie de mon temps à lire des livres et à regarder des vidéos traitant de la santé, mais de la santé d'une façon autre que celle véhiculée par le monde médical actuel. Ce qui en ressort c'est que l'utilité du monde médical dans nos sociétés dites développées se vérifie à mes yeux en cas d'accident physique, donc de cassure d'un membre ou de brûlure intense, voir de coupure profonde. Mais pour le reste, c'est à moi et uniquement à moi de prendre les choses en main. C'est à moi d'apprendre le fonctionnement de mon organisme, à moi de faire des expériences. Pour nombre de survivalistes, il est important de savoir aussi faire des points de suture, d'avoir du matériel et un savoir faire pour pallier tout problème grave avant la venue des secours. Je rejoins cette idée, et ce même si j'en suis à des années lumière.

    Ce que j'ai découvert ces derniers mois, c'est par exemple le rôle majeur de la lymphe, du système lymphatique. Que la cuisson des aliments tue les énergies que ces mêmes aliments sont censés nous apporter. Que nous nous alimentons donc d'aliments morts, tout comme nous ingérons des idées qui nous polluent - et aussi L'art et la manière d'avaler -, comme ces aliments morts polluent notre organisme. Et puis il y a ces remarques d'Irène Grosjean que je trouve essentielles : "Un excitant et un aliment, c'est deux choses différentes." et "Si notre corps est composé de deux tiers de son poids de liquide et de un tiers de cellules, un corps de 60kg il y a 40l de liquide dont 5 à 6l de sang. C'est le seul liquide dont on parle scientifiquement. Et le reste, on en a fait quoi ? Le reste que les anciens appelaient les humeurs, et pour cause. (de 44 min. 22 à 46 min. 11 de vidéo ci-dessous) Et donc, ces humeurs, ce dépotoir comme dit Irène, eh bien c'est le système lymphatique complètement engorgé par toutes les cochonnerie que nous ingérons.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Voir aussi sur René Quinton dans Les savants maudits et aussi Plasma, sérum René Quinton.


  • "Les chinois, férus de numérologie, ont rédigé il y a 2500 ans un texte, le Yi King (ou Ji Jing), « le livre des changements » qui permet en jetant des pièces ou des baguettes d'Aquilée d'interpréter différents hexagrammes, et ainsi prendre du recul face à une situation donnée et obtenir une indication à une question posée.
    Face à une perception linéaire, causale, rationnelle du temps et de l'espace qui prévaut en Occident où le vide est synonyme de « néant » ; les chinois, eux, ont acquis une vision en cercle, acausale du temps et de l'espace. Le vide est pour eux synonyme de « potentialité » et ce qui les intéresse particulièrement c'est d'identifier « les évènements qui aiment à arriver ensemble ».
    Ces deux visions du monde sont-elles conciliables ? Quel crédit conférer à ce qui relève du hasard ? Telles sont les questions que Michel Cazenave va poser à ses trois intervenants : Nathalie Carol Pilard (auteur du livre « Sur Jung et le Yi King » Ed Arché, Milan, 2010) , Marie-Laure Colonna (analyste jungienne) et Pierre Faure (praticien).
    Comprendre la réalité du monde dans sa diversité, ses changements passe-t-il nécessairement par une herse de dogme ou de théories indubitables derrière laquelle il est commode de se réfugier ?"


  • Il cherchait des idées lorsqu'il était bloqué dans un texte, un livre, dans le Yi King, il jetait les pièces et regardait ce que le Yi King en disait pour poursuivre son écriture. (note personnelle : ou tirage avec les baguettes d'Aquilée, c'est ce que je faisais il y a des années)

    Sur le Yi King, voir aussi Jung et l'insuffisance de la causalité.



  • votre commentaire