• Recettes, trucs et astuces

    Recettes, trucs et astuces d'une fauchée comme les blés

     Dans la série je n'ai pas un sou et trois fois rien dans mes placards, mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir préparer ? Mes appareils électriques tombent en panne les uns derrière les autres et je n'ai pas les moyens financiers pour les remplacer, comment vais-je faire ? Je n'ai aucune envie d'avaler - et donc encore moins d'acheter - toutes ces denrées préparées (avec je ne sais quoi dedans, et lorsque je le sais, le plus souvent, je fuis) et étalées dans les rayons des magasins et autres grandes surfaces, comment vais-je faire pour retrouver des ingrédients et préparations culinaires honorant cet acte, celui de s'alimenter ?

    Voilà pour résumer, l'état d'esprit de cette rubrique "Recettes, trucs et astuces", soit l'occasion de faire de nombreuses découvertes, de voir ce qui sera digne de sauver la situation.

     Edmund Blair Leighton "L'adoubement", huile sur toile peinte en 1901 (cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

     

    Recettes de cuisine :

    - Curry de lentilles à l'orge, riz et raisins secs

    - Confiture de lentilles (goût de confiture de châtaignes !)

    - Purée d'amandes et lait d'amandes

    - Pâte à tartiner amandes chocolat

    - Pain essène

    - Tout (ou presque) sur la déshydratation...

    -

    Trucs et astuces :

    - Pot-dans-le-pot, en cas d'absence de réfrigérateur

    - Légumes lacto-fermentés - conserver sans stériliser/congeler

    - Mesurer les quantités sans verre doseur ni balance

    - Le vinaigre de cidre et ses multiples usages

    - Tout (ou presque) sur la déshydratation...

    - Se reminéraliser avec la recette oeuf-citron

    -

  • "Prendre, le soir, un verre (il faut qu'il n'y ait que très peu d'espace entre paroi du verre et celle de l'œuf), dans lequel vous placerez un œuf entier, intact, de préférence cru, et de préférence aussi à coquille blanche, sans le briser. Naturellement, la coquille doit être tout à fait propre.
    Prendre ensuite un citron (l'on peut éventuellement prendre un œuf cuit dur), que vous pressez. En verser le jus sur l’œuf, jusqu’à complètement le recouvrir. Laissez la réaction se faire toute la nuit, avant de récupérer le jus de citron imprégné de la coquille d'œuf (formant un liquide un peu pâteux), qu'il convient ensuite de boire, de préférence tel quel (si besoin, tamisé au tamis métallique), le matin à jeun.
    Soit dit en passant, l'œuf, dont la coquille s'est quelque peu amincie, peut ensuite normalement être utilisé pour la cuisine. (...)

    Pour un jeune enfant, ne donner que la moitié, le tiers ou le quart; mais même prise en quantité excessive, cette préparation ne présente aucun danger.
    Une cure de 21 jours s’avère être un formidable reminéralisant. Pourquoi ? D’abord parce que le citron, même s’il est acide au goût, apporte des éléments basiques dans l’organisme.
    Son jus acide va réagir avec la paroi calcaire de l’œuf et extraire des éléments alcalins, qui, eux aussi, participeront à désacidifier le milieu intérieur.
    L'on sait que le jus de citron, pris en cure, améliore les douleurs articulaires, car il réduit le taux d’acidité dans l’organisme. En l’utilisant avec ce procédé, l'on associe, encore en plus, l’effet drainant et l’effet reminéralisant. (...)

    Pourquoi n'obtient on pas de résultats aussi marquants en faisant macérer de la coquille d'œuf dans du jus de citron que si c'est l'œuf entier qui est placé dans la même situation ? D'assez maigres résultats découlent de la première technique alors que ceux de la seconde sont parfois spectaculaires!
    En réalité, la forme particulière de l’œuf génère un phénomène énergétique dynamisant qui accentue la qualité nutritionnelle et reminéralisante du jus de citron. D'où l'importance de bien utiliser l'œuf entier, avec sa coquille intacte.
    En effet, le physicien américain Cleve Backerster, spécialiste des machines à détecter le mensonge, s'est livré à des expériences sur des œufs, au cours desquelles l'un de ses appareils a détecté des secousses analogues à celles des battements du cœur d'un embryon de poulet, avec des œufs non fécondés, alors que, stérile, l'œuf ne renferme aucun système circulatoire détectable.
    Il semble donc bien que ces appareils ultra-sensibles aient détecté ce que, dans les milieux de la vie naturelle, l'on reconnaît comme une manifestation de la partie vivante, phénomène farouchement nié par maints scientifiques, lesquels persistent à confondre les vitamines artificielles avec les naturelles."

    Source



  • Dans la série je cherche un ingrédient pour un maximum d'usages, qu'est-ce que je peux prendre ?

    Le vinaigre de cidre

    En usage interne :

    - Aide à la digestion et l'assimilation (régénère la flore intestinale)
    - Contribue à éliminer les toxines
    - Soulage les douleurs des maux de gorge
    - Excelle dans le traitement de certains problèmes et douleurs arthritiques
    - Permet de combattre efficacement les rhumes et grippes
    - Il freinerait les effets du vieillissement
    - Aide à perdre du poids
    - Fait disparaître la cellulite (après 3 mois à raison de 3 x 1 cuillère à soupe par jour)
    - Diurétique
    - On l'utilise contre les chaleurs de la ménopause, les varices, le zona, les inflammations buccales, les vertiges, la fatigue oculaire, pour combattre la fatigue et aussi comme calmant léger contre la nervosité, si ce dernier est pris au coucher e
    st un régulateur de la pression sanguine. Une consommation régulière de vinaigre de cidre augmente une pression trop basse et diminue une pression trop haute.

    - Prévient l'ostéoporose
    - Prévient les caries dentaires et déloge les dépôts de tartre à la base des dents
    - Fortifie les ongles

    En usage externe :

    - Soulage les hémorroïdes
    - Calme les coups de soleil et maintient la peau en santé (acné, taches pigmentaires)
    - Contre les piqûres d'insectes
    - Elimine les pellicules et rend les cheveux soyeux et brillants

    Lire la suite...


  • Dans la série je viens de casser mon verre doseur et je n'ai pas de balance, que puis-je faire ? 

    Mesurer avec une cuillère, une tasse, un bol, un verre. (à vérifier - suivant la taille des tasses, par exemple)

    1 c à c rase de farine (ou de sel) = 5 gr

    1 c à s rase de farine (ou de sel) = 15 gr

    Farine : 250 gr de farine =  4 tasses rases.

    Sucre : 100 grammes de sucre =  9 cuillères à soupe rases ou 1 tasse rase. 

    Riz : 100 gr de riz = 1 tasse pleine ou 9 cuillères à soupe.

    Lentilles : 100 grammes de lentilles = 1 tasse pleine ou 8 à 9 cuillères à soupe rases.

     

     1 tasse à café = 10 cl.

     1 tasse à thé (ou l'équivalent d'un pot de yaourt) = 15 cl.

     1/2 litre = 5 tasses pleines ou un bol.

    1/4 litre = 2 tasses et demie.

    10 cl = 12 cuillères à soupe ou une tasse pleine.

    5 cl = 6 cuillères à soupe.


  • Dans la série mon four est en panne - ou une coupure de courant de plusieurs jours survient - et je vais pourtant bientôt avoir besoin de faire mon pain, que puis-je faire ? (et en dehors de la tentative de cuisson du pain dans la cheminée, donc, non je ne cours pas chez le boulanger, je fais mon pain depuis quinze ans - complet et au levain depuis de nombreux mois -, ce n'est pas pour acheter du pain tout fait à la moindre anicroche, les crêpes et autres galettes sont les solutions en cas d'urgence, mais là, c'est en prévision de, et donc une autre solution possible)

    Du pain essène. 

    Origine

    Les esséniens étaient les membres d'une communauté juive de cénobites vivant en Palestine sur les rives de la mer Morte (Proche-Orient) de -300 av. J.C. à +100 av. J.-C. qui exercèrent une profonde influence aux premiers temps du christianisme. Ils préconisaient un mode de vie en harmonie avec la nature. Leur alimentation se composait essentiellement de pain, de racines sauvages, de fruits et légumes frais et crus — la consommation de viande étant proscrite, et ne devait subir aucune transformation, notamment par la cuisson.

     Traditionnellement, les esséniens réalisaient de fines galettes de blé germé, broyé et moulu puis séchées ensuite sur des roches exposées au soleil.

     Les éléments connus sur cette communauté proviennent semble-t-il des manuscrits de la mer Morte, fragments de parchemins retrouvés autour du site de Qumrân en Israël actuelle. Il en ressort la description d'une population juive, notamment esséniens et pharisiens « se nourrissant de fruits, de légumes variés, de graines germées et de jeunes pousses vertes qu'ils cueillaient directement dans leurs jardins et vergers juste avant de manger. » — Pline l'Ancien, Sur la vie des Esseniens.

    Préparation :

     Faire tremper pendant 24 heures (changer l'eau au bout de 12 heures) des graines de blé (mais aussi orge, lentilles, ou toute autre céréale ou légumineuse que nous avons sous la main), puis les égoutter et les laisser germer pendant deux à trois jours. Les graines germées sont prêtes dès l'apparition du germe blanc de 2 mm, pas plus. 

    Broyer ensuite grossièrement au pilon les graines germées (ou au robot ménager).

    On peut ajouter à cela des raisins secs, des dattes, des figues séchées, ou tout autre fruit sec (abricot, etc...). Bien mélanger, en ajoutant encore, si on le souhaite, du sel et un peu d'huile.

    Façonner cette pâte en galettes d'un centimètre d'épaisseur posées sur une assiette plate au soleil, ou en haut d'une armoire, ou à côté d'un radiateur à 30/35° pour la faire sécher. Pas de cuisson. 

    Ce pain se garde bien pendant trois à six jours dans un récipient clos au frais, donc à l'abri de la chaleur, de l'humidité, de la lumière et du gel. 

     

    Sources : http://fr.ekopedia.org/Pain_ess%C3%A8ne et aussi http://www.cfaitmaison.com/germs/pain-germes.html


  • Dans la série j'ai plein de bocaux en verre (type "le parfait" avec joint en caoutchouc), mais pas de stérilisateur pour mes conserves maison, que puis-je faire ? - avec du gros sel de Guérande que j'ai aussi en pagaille (sac de 5kg dans les grandes surfaces)

    Des légumes lacto-fermentés.

     Ce mode de préparation préserve les vitamines et les éléments nutritifs des aliments, et en augmente la teneur, surtout pour les vitamines du groupe B, PP et K. La fermentation améliore la digestibilité des produits et leur assimilation par notre organisme. Elle diminue la teneur en nitrates des légumes. Elle dégrade en partie les pesticides qui peuvent être présents dans les végétaux. Elle crée aussi des substances antibiotiques qui luttent contre les microbes pathogènes.

     On cite toujours l'exemple des marins du capitaine Cook qui, pendant un an de voyage, furent exempt du scorbut grâce aux tonneaux de choucroute embarqués à bord. Les bactéries lactiques sont très bénéfiques pour notre organisme : ce sont les fameux "pro-biotiques". 

     

    La choucroute, pour  1 kilo de chou blanc :

    2 bocaux de 3/4 de litre de contenance (chaque bocal fera une portion de choucroute pour 2 personnes)
    2 cuil. à soupe de baies de genièvre
    10 g de sel exactement par kilo net de chou

     Une variante des pays de l'est de l'Europe est d'intercaler quelques lamelles de pomme entre les couches de chou : cela va atténuer un peu l'acidité, et le sucre joue aussi le rôle de starter pour la fermentation. Compter 1 à 2 pommes pour 1 kilo de chou.


    Le chou : ne pas le rincer, ou alors seulement s'il est vraiment très sale, plein de terre. Éliminer les feuilles du tour qui sont abîmées. Garder 2 grandes feuilles intactes (1 par bocal). Couper le chou en 4 et retirer le trognon. Émincer très finement le chou. 

     Le sel : utiliser du sel gris de mer, non traité et sans additifs. Attention : certains sels (La Baleine et autres sels industriels) contiennent des anti-agglomérants E 536, qui ne sont pas toxiques à priori, mais qui se décomposent en milieu acide, et ils donnent un goût bizarre de rance ou de vieux tabac froid aux conserves. Vérifier sur le paquet qu'il n'y a rien d'autre que du sel !

     Peser les lanières de chou et préparer 10 g de sel par kilo. Pour faire 2 bocaux de 500 g, séparer le sel et le chou en 2 portions dès le départ, pour ne pas se retrouver avec un bocal plus salé que l'autre.

     Mettre une couche de 2-3 cm de lanières de chou dans le fond du bocal, et tasser fortement avec la main. Le but est de chasser toutes les bulles d'air qui peuvent rester coincées sous le chou. Et de plus ça exprime un peu le jus. Ajouter du sel, des baies de genièvre et du cumin, des lamelles de pomme éventuellement, remettre 3 cm de chou, tasser encore, et ainsi de suite jusqu'à 2 cm en dessous du niveau de l'ouverture. Si tout le sel correspondant à la quantité n'a pas été mis entre les couches, l'ajouter à la fin. Terminer en recouvrant avec une feuille entière de chou.

     Fermer hermétiquement le bocal, avec son caoutchouc. Le poser sur une assiette, car si le bocal est trop rempli, il se peut que cela déborde lorsque la fermentation va commencer. Le garder à température ambiante pendant 1 semaine.

     Au bout de quelques heures, le chou va libérer son eau, et le bocal va se remplir de liquide. Après 1 jour ou 2, on peut constater une effervescence, ça va faire des bulles et même cela peut chuinter ou siffler autour de l'ouverture. C'est le gaz carbonique produit par la fermentation qui chasse l'air situé entre le niveau du liquide et le couvercle : ainsi l'air extérieur ne pourra plus entrer dans le bocal : la fermentation pourra se dérouler en parfaite anaérobie comme il se doit. 

     Si un débordement se produit, se contenter de vider le liquide de l'assiette, et d'essuyer le bocal, ne surtout pas l'ouvrir !

     Après la première semaine, mettre le bocal au frais, soit au réfrigérateur, soit dans une pièce fraîche (15-17 °C suffisent). N'oublions pas que cela a été inventé à une époque où les frigos n'existaient pas, c'est donc un mode de conservation qui se passe très bien du réfrigérateur - d'autant plus si le mien, de réfrigérateur, est tombé en panne et que je n'ai pas les moyens financiers pour en acheter un nouveau ! -, du moment qu'on n'entrepose pas les bocaux dans des pièces surchauffées.  La fermentation totale dure environ 3 à 6 semaines. (Plus c'est au froid, plus c'est long). Après ce délai, on peut déguster la choucroute - chaude, mais aussi froide en salade. L'égouttez simplement avant de l'utiliser, et ne pas ressaler le plat.

     

    Idem pour le chou rave (avec des graines de moutarde), les betteraves rouge, les carottes, le céleri, les navets, le radis blanc ou noir...

     Ces légumes se préparent de la même façon que le chou-rave : on les râpe, on les met dans le bocal en tassant bien, en intercalant du sel, toujours 10 grammes par kilo de légumes, et des aromates (fines herbes, ail, poireau, ciboule, persil, coriandre, estragon, basilic, bâton de cannelle, girofle, genièvre...) . Si, et seulement si, les légumes n'étaient pas assez aqueux, et que, après 24 heures, le liquide ne les recouvre pas (il doit arriver au moins à leur hauteur), ouvrir le bocal et ajouter un peu d'eau bouillie et refroidie, mais pas plus haut que le niveau des légumes. Ça peut arriver pour les carottes ou les betteraves.

     

    On peut traiter tous les légumes, ou presque. Cornichons et concombres, petits oignons grelots, petits épis de maïs, courges et  courgettes, aubergines, poivrons, piments, haricots verts, choux fleurs, radis, petits navets, céleri en branches, pois, fèves fraîches, tomates vertes ou rouges ... Mais aussi des aromates : gingembre, gousses d'ail, câpres, petits piments, herbes comme le basilic, l'estragon, pousses de moutarde, feuilles de vignes (pour faire des feuilles de vigne farcies)... Des fruits : prunes ou cerises, melons et pastèques coupés en morceaux.

    La saumure : c'est de l'eau + du sel. La préparer dans la proportion de 30 g de sel marin pour 1 litre d'eau - attendre que le sel soit complètement fondu avant d'utiliser la saumure. 

     Remplir les bocaux avec les légumes, en laissant le moins possible d'espaces entre eux. Intercaler éventuellement des aromates. Remplir ensuite avec la saumure à température ambiante, de manière à ce que les légumes soient recouverts. On constate qu'ils flottent et ceux du haut dépassent toujours un peu du liquide, mais ce n'est pas grave car le peu d'air contenu dans le bocal sera vite chassé par les gaz de fermentation. Remplir jusqu'à 1 cm en dessous du bord du bocal, pour éviter trop de débordements. Fermer hermétiquement, avec le joint caoutchouc en place. Poser le bocal sur une soucoupe ou une assiette, pour pallier à tout débordement : il peut y avoir du liquide autour du bocal. C'est tout à fait normal et pas inquiétant du tout, au contraire. Laisser fermenter 1 semaine à température ambiante, puis mettre au frais.

     Après quelques jours, le liquide va faire des bulles et se troubler, devenir laiteux. Ne pas s'inquiéter, même si un voile blanc se forme en surface, ou un dépôt grisâtre dans le fond. Durant plusieurs jours, ça ne sera pas appétissant du tout. Au bout d'une quinzaine de jours, le liquide va s'éclaircir et redevenir complètement limpide. On peut manger les légumes après 3 semaines environ.

     

    Des légumes, mais pas seulement ! La viande salée en saumure, comme le jambon, lard, kassler et autres palettes demi-sel sont également des lacto-fermentations. C'est aussi la fermentation lactique qui produit les sauces de poissons de type nuoc mam, les anchois au sel, le saumon fumé (qui est salé avant d'être fumé) le caviar, les harengs saurs...

     Source : http://www.dumieletdusel.com/archives/2012/11/11/25547877.html 

    *******************************

    Note personnelle : Pour ce qui est du principe des pro-biotiques, je connais, je fais du Kéfir de fruit et du Kombucha (boissons, et par dérivé, le levain de mon pain), mais je n'ai pas encore testé les légumes lacto-fermentés, mais cela ne saurait tarder. 

    Sinon, pour la conservation de la viande voir ce lien sur wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Conservation_de_la_viande avec un passage sur les viandes en pâtée, entre autre, au Moyen Age.


  • Dans la série j'ai en horreur les pâtes à tartiner au "chocolat - noisettes - amandes" du commerce pour tout ce que nous pouvons trouver comme ingrédients suspects dans ces mets tout préparés, et pourtant, j'adore les pâtes à tartiner ! et donc, j'ai de la purée d'amandes et du cacao, que puis-je faire ?

    Une pâte à tartiner amandes chocolat.

    Ingrédients : (pour un pot - type pot à confiture - de pâte à tartiner)

    1/2 pot (type pot à confiture) de purée d'amandes - 5 c à s de sucre complet - 4 c à s de cacao - 11 à 12 c à s d'eau tiède (pour aider à délayer la purée d'amandes).

    Préparation :

    Mélanger le tout longuement en faisant petit à petit pour la quantité de liquide, donc selon la consistance souhaitée. Mettre en pot.

     

    Sur le même principe tous les mélanges sont possibles, avec des noisettes, amandes, noix de coco, mais aussi avec des dattes, des abricots secs, des pruneaux, etc... 

     

    Source de base (car j'ai un peu transformé la recette initiale) : http://www.cfaitmaison.com/bio/pate-tartiner.html


  • Dans la série nous sommes en plein été - il faudra que je mette cet article à la bonne saison, une fois le moment venu  ) et mon réfrigérateur vient de me lâcher et je n'ai pas un sou pour le remplacer pour l'instant, mais j'ai des pots en terre cuite, de l'eau et du sable, que puis-je faire ? (non je ne prends pas un crédit pour le remplacer, non je n'utilise pas mon découvert autorisé pour cet achat, car plus je me débrouille sans le système bancaire et plus je suis contente !) je me fabrique et utilise un Pot-dans-le-pot. 

    Le Pot-dans-le-pot est un ustensile pour conserver les aliments. Il est constitué de deux pots en terre cuite imbriqués dont l'interstice est remplie de sable et d'eau, ce qui permet de conserver les aliments. L'évaporation de l'eau réfrigère le pot intérieur.

     Un petit pot de poterie en terre est placé à l'intérieur d'un autre plus grand, et l'espace entre les deux est comblé avec du sable humide. Le pot intérieur est rempli de fruit, légumes ou boissons ; un tissu mouillé recouvre le tout. Comme l'eau dans le sable s'évapore par la surface du pot externe, elle extrait la chaleur du coeur. Les aubergines restent fraîches pendant 27 jours, au lieu des trois habituels. Les tomates se conservent jusqu'à trois semaines. (au Nigéria)

     Un autre exemple de ce système était utilisé autrefois en France pour conserver le beurre. Il s'agissait d'un beurrier en argile dont le couvercle était creux et ou l'on versait de l'eau qui allait s'évaporer et dans le processus, refroidir l'intérieur du beurrier.

    Source : http://fr.ekopedia.org/Pot-dans-le-pot


  • Dans la série je n'ai quasi plus de beurre ni de lait - tous les magasins sont fermés et/ou de toute façon je n'ai pas un sou en poche -, mais j'ai des amandes, que puis-je faire ?

    De la purée d'amandes et du lait d'amandes.

     Ingrédients pour 1 pot de confiture de purée d'amandes : 300 g d’amandes nature mondées 

     Mettre les amandes dans le bol d’un robot de type mixeur (en fait couvrir jusqu'à ce que les lames du robot ne soient plus visibles, pas plus haut, sinon la préparation va déborder au cours du travail car elle monte sur les parois). Actionner le robot jusqu’à la consistance d’une pâte (environ 10 min). Puis arrêter le robot, à la fois pour faire une pause permettant aux amandes de ne pas trop chauffer et pour racler les parois (pour racler les parois c'est plusieurs fois au cours des 10 min). Après une pause d'environ 20 à 30 min continuer à actionner le robot jusqu’à ce que la pâte se transforme en purée bien lisse (elle forme une boule qui devient purée, plus besoin de racler les parois du robot). 
    Mettre la purée d’amandes dans un pot et conserver à température ambiante, à l’abri de la lumière.

     Et donc, cette purée d'amandes je peux ensuite l'utiliser à la place du beurre :

    - Même poids de purée d'amandes que le poids du beurre indiqué dans les recettes classiques, pour ce qui est des sablés, cookies et autres biscuits, mais aussi pour la sauce béchamel et la purée de légumes (pommes de terre, carottes, etc...).

    - Mélange de purée d'amandes et de lait végétal, pour remplacer le beurre dans une pâte à gâteau.

    - Mélange de purée d'amandes et d'huile - ou non - pour le crumble. 

    - Mixer de la purée d'amandes avec un peu de jus de citron, de vinaigre et d'huile d'olive, pour une mayonnaise sans oeufs ! (dans la série je n'ai plus d'oeuf non plus  )

    - En garniture sur une tarte aux fruits - type recette tarte alsacienne avec le mélange beurre, oeuf, sucre, lait - et donc là, la purée d'amances remplaçant le beurre, et le lait de riz remplaçant le lait. 

    - En tartinade de légumes (aubergines, artichauts, champignons, olives…), donc en mélange, par exemple : 100 grammes d'olives vertes dénoyautées - 50 grammes de purée d'amandes - 1 pincée de sel. Mixer le tout. Déguster.

    Bon à savoir : ceci est valable pour tous les oléagineux ! (noisettes, cacahuètes, noix, etc...)

     

    Une c à s de purée d'oléagineux dissoute dans un bol d'eau tiède = un lait végétal.

     

    Le lait d'amandes peut s'utiliser dans de nombreuses recettes, sucrées ou salées, froides et chaudes, en substitution du lait de vache. 

    "Au Moyen Âge, la composition du lait d’amande, en tant que noix qui est la graine du fruit d’une plante, le rendait particulièrement propre à la consommation pendant le carême. Le lait d’amande a également constitué un aliment de base dans la cuisine médiévale du monde chrétien et musulman, car le lait de vache, qui ne se conservait pas longtemps sans se gâter, était habituellement immédiatement transformé en beurre ou en fromage. Il était consommé sur une zone qui s’étend de la péninsule Ibérique à l’Asie. Taillevent, dans son livre de recettes le Viandier, datant du XIVe siècle, donne une recette de lait d’amande et recommande son utilisation comme substitut au lait d’origine animale pendant les jours de jeûne." 

     

     Sources :

    Pour la purée d'amandes : http://absolutegreen.blogspot.fr/2006/02/raliser-ses-pures-damandes-de.html 

    Pour les utilisations de la purée d'amandes : http://www.satoriz.fr/produits-bio/La-puree-d-amande-en-cuisine-8-571-.html#satoriz-info-produits-bio 

    Pour le lait d'amandes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lait_d'amande