• Sacré et profane - double royauté chez les Khazars

    Cassel a suggéré une analogie attrayante entre le gouvernement Khazar et le jeu d'échecs. La double royauté est représentée sur l'échiquier par le roi (le kagan) et la reine (le beck). Le roi est maintenu en réclusion, protégé par les cavaliers, a peu de pouvoir et n'avance que pas à pas. La reine au contraire est le personnage le plus important de l'échiquier, elle le domine. Pourtant, le jeu peut continuer même si la reine est prise, alors que la chute du roi est un désastre absolu, qui met fin instantanément à la partie.
    Ainsi la double royauté semble indiquer, dans la mentalité des Khazars, une distinction catégorique entre le sacré et le profane.

    Passage de "La treizième tribu" d'Arthur Koestler

    « Paolo Conte - Via con meL'Essence de l'argent - Un conte médiéval »