• Tuer pour disséquer

    M. Fukuoka est un savant qui se méfie de la science - ou de ce qui trop souvent passe pour science. Cela ne veut pas dire qu'il ne l'utilise pas ou la méprise. Sa méfiance en réalité vient de son sens pratique et de ce qu'il connaît. Comme Sir Albert Howard, Masanobu Fukuoka condamne le morcellement de la science par la spécialisation. Comme Howard, il souhaite poursuivre son sujet dans la totalité, et il n'oublie jamais que sa totalité comprend à la fois ce qu'il connaît et ce qu'il ne connaît pas. Ce dont il a peur dans la science moderne appliquée est son dédain pour le mystère, sa volonté de réduire la vie à ce qui est connu et d'agir avec la prétention que ce qu'elle ne connaît pas peut être ignoré en toute sécurité. "La nature saisie par la connaissance scientifique est une nature qui a été détruite ; c'est un fantôme possédant un squelette mais pas d'âme." Un tel passage rappellera la méfiance exprimée dans notre tradition par ces vers de Wordsworth :
    Notre intelligence touche à tout
    Déforme les belles formes des choses -
    Nous tuons pour disséquer.

     

    Passage de la préface de "La révolution d'un seul brin de paille" de Masanobu Fukuoka 

    « Prêt à jeter : L'Obsolescence Programmée Le filet de soie »

    Tags Tags : , , , ,